perspectives foucaldiennes

06 décembre 2005

Non à la biométrie

A la tribune

Non à la biométrie…

Dans une veine davantage Foucaldienne, de la main de l’un de ceux qui doit accompagner les combats du temps…Il faudra y revenir…Pour l’heure refusons avec lui le contrôle biométrique…

" Non à la biométrie ", Giorgio Agamben, Le Monde, mardi 6 décembre 2005, p. 25 (" Débats "). http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-717595,0.html

Posté par foucaldien à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Non aux cons

A la tribune

Non aux cons…

Une tribune mesurée…il en faut…en ces temps d’hystérie. Surtout quand il s’agit de refuser de se glisser entre Dieudonné et Finkielkraut

" Démons Français ", Salah Amokrane, Nicolas Bancel, Esther Benbassa, Hamida Bensadia, Pascal Blanchard, Jean-Claude Chikaya, Suzanne Citron, Maryse Condé, Catherine Coquery-Vidrovitch, Yvan Gastaut, François Gèze, Nacira Guénif-Souilamas, Didier Lapeyronnie, Sandrine Lemaire, Gilles Manceron, Carpanin Marimoutou, Achille Mbembe, Laurent Mucchielli, Pap Ndiaye, Benjamin Stora, Christiane Taubira, Françoise Vergès, Pierre Vidal-Naquet, Michel Wieviorka, Le Monde, mardi 6 décembre 2005, p. 25 (" Débats ").

" Le pire des cauchemars serait celui d'un débat public où ne s'échangeraient plus que des arguments "à la Dieudonné" ou "à la Finkielkraut", recourant aux mêmes procédés — falsifications, dénégations, occultations — et se nourrissant mutuellement.

La France, heureusement, ne manque pas d'historiens, de sociologues, de politologues — dont beaucoup sont "issus de l'immigration" — à même d'apporter leur contribution à la lutte contre le double poison de la dérive antisémite et de la dénégation coloniale. Leur rôle, certes, n'est pas d'intervenir "pour" ou "contre" telle ou telle revendication mémorielle. Ils n'ont pas à choisir, par exemple, entre la mémoire des descendants des esclaves des Antilles et celle des colons français expulsés d'Haïti après l'indépendance de 1804. Pas plus qu'ils n'auraient à choisir entre la mémoire des rapatriés d'Algérie et celle des descendants d'Algériens ayant lutté avec le FLN. "

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-717596,0.html

Posté par foucaldien à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le savoir ne se confond pas avec le savoir

Verbatim

Le savoir ne se confond pas avec le pouvoir 

" Il faut revenir au problème des rapports du savoir et du {=> 676} pouvoir. Je crois en effet qu’aux yeux du public je suis celui qui a dit que le savoir se confondait avec le pouvoir, qu’il n’était qu’un masque jeté sur les structures de la domination et que celles-ci étaient toujours oppression, enferment, etc. Sur le premier point, je répondrai par un éclat de rire. Si j’avais dit, ou voulu dire, que le savoir c’était le pouvoir, je l’aurais dit et l’ayant dit, je n’aurais plus rien eu à dire puisque les identifiant, je ne vois pas pourquoi je me serais acharné à en montrer les différents rapports. "

FOUCAULT M., (1984)1994 : " Le souci de la vérité "  (entretien avec F. Ewald), Magazine Littéraire, n° 207, mai 1984, pp. 18-23 ; repris dans

Dits et écrits. Tome IV. 1954-1988

, Paris, Gallimard, 1994 ; pp. 668-678 : (675-676).

Posté par foucaldien à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2005

Le rôle des intellectuels

Le role des intellectuels

" Le rôle d’un intellectuel n’est pas de dire aux autres ce qu’ils ont à faire. De quel droit le ferait-il ? Et souvenez-vous de toutes les prophéties, promesses, injonctions et programmes que les intellectuels ont pu formuler au cours des deux derniers siècles et dont on a vu maintenant les effets. Le travail d’un intellectuel n’est pas de modeler la volonté politique des autres ; il est, par les analyses qu’il fait dans les domaines qui sont les siens, de réinterroger les évidences et les postulats, de secouer les habitudes, les manières de faire et de penser, de dissiper les familiarités admises, de reprendre la mesure des règles et des institutions et, à partir de cette re- {=>677}problématisation (où il joue son métier spécifique d’intellectuel) de participer à la formation d’une volonté politique (où il a son rôle de citoyen à jouer). "

FOUCAULT M., (1984)1994 : " Le souci de la vérité "  (entretien avec F. Ewald), Magazine Littéraire, n° 207, mai 1984, pp. 18-23 ; repris dans

Dits et écrits. Tome IV. 1954-1988

, Paris, Gallimard, 1994 ; pp. 668-678 : 676-677.

Posté par foucaldien à 23:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 novembre 2005

Alertez les bébés

Comment c’était déjà la chanson ? La voix cassée et hurlante de Higelin….La chanson est restée. L’alerte a été oubliée.

alertez_les_b_b_s

Un nouveau petit air aujourd’hui…. " Multifactoriel ", " évaluation rigoureuse plurimodale ", " reconnaissance des symptômes précoces du trouble des conduites ", " mettre en place un repérage et un suivi des enfants à risque dès la période anté- et périnatale " (dès avant la conception quoi !),….

Réjouissez-vous : le rapport de l’Inserm sur le trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent est consultable en ligne :

http://ist.inserm.fr/basisrapports/trouble_conduites/trouble_conduites_synthese.pdf

Repérer quoi ? La graine de sperme du futur petit délinquant qui fera les grands criminels…Pour son bien évidemment.

Depuis Higelin la science aura avancé nous assurera-t-on !

Et on entend cet expert parler tranquillement de soutient aux mères des familles mono-parentales.

(Michel HAMON, directeur d’une unité INSERM en neuropsychopharmacologie s’exprimant dans " Sciences Frictions ", France Culture, 26 novembre 2005 : http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/science_frictions/index.php?emission_id=30060141

)

Voyez bien, il n’est pas que pour les doses de médicaments ! Il tient bien compte des facteurs sociaux : du risque de la famille monoparentale ! Prévention : et dire qu’y a des femmes qui font des enfants toute seule sans parler de tous ces homos qui veulent des enfants ! Ceux-là faudra plus particulièrement les suivre !

C’était quoi la chanson déjà ? Ah oui " AAAllllleerrrteeezzz leeeees bbbéééébbbés "….A l’usage, on ne peut que s’y briser la voix…

Posté par foucaldien à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Manifeste

" […] l’analyse critique du monde dans lequel nous vivons constitue de plus en plus la grande tache philosophique. Sans doute le problème philosophique le plus infaillible est-il celui de l’époque présente, de ce que nous sommes à ce moment précis.

Sans doute l’objectif principal aujourd’hui n’est-il pas de découvrir, mais de refuser ce que nous sommes. Il nous faut imaginer et construire ce que nous pourrions être pour nous débarrasser de cette sorte de ‘double contrainte’ politique que sont l’individuation et la totalisation simultanées des structures du pouvoir moderne.

On pourrait dire, pour conclure, que le problème à la fois politique, éthique, social et philosophique qui se pose à nous aujourd’hui n’est pas de libérer l’individu de l’Etat et de ses institutions, mais de nous libérer nous de l’Etat et du type d’individualisation qui s’y rattache. Il nous faut promouvoir de nouvelles formes de subjectivité en refusant le type d’individualité qu’on nous a imposé pendant plusieurs siècles. "

Michel Foucault (1982)/1994, " Le sujet et le pouvoir ", " The Subject and Power " (trad. F. Durand-Bogaert), in Dreyfus (H.) et Rabinow (P.), Michel Foucault : Beyond Structuralism and Hermeneutics, Chicago, The University of Chicago Press, 1982, pp. 208-226 ; repris dans Dits et écrits. Tome IV. 1954-1988, Paris, Gallimard, p. 232).

" Qu’est ce qui se passe aujourd’hui ? " C’est au fond la question que Foucault n’a eu de cesse de reprendre après qu’elle ai lui ait semblé être posée à Kant et ses semblables en 1784 (Cf. notamment Michel Foucault (1979)1994 : " Pour une morale de l’inconfort ", Le nouvel Observateur, n° 754, 23-29 avril 1979, pp. 82-83 (Sur J. Daniel, l’Ere des ruptures, Paris, Grasset, 1979) ; repris dans Dits et Ecrits. Tome III. 1954-1988, Paris, Gallimard, pp. 783-787). C’est la question qui doit continuer à être posée aujourd’hui. Foucault est mort et ne peut donner sa propre réponse aujourd’hui.

foucault

color.fouc

Longtemps je me suis désolé de l’absence de sa voix. J’ose aujourd’hui un " Perspectives foucaldiennes ". Parce que ce qu’il a dit pour son temps me semble valoir pour notre temps. Parce que parfois ce qu’il a dit semble avoir annoncé notre temps. C’est un Foucault en combat autant qu’en perspective. Si je ne prétends pas faire suite à Foucault, ni dire ce qu’il aurait dit aujourd’hui, j’ose donner une tribune à mon Foucault tel que j’aurais aimé l’entendre aujourd’hui.

michelfoucault

Posté par foucaldien à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]